Le projet EKINEZ démarre sur les chapeaux de roue

Projet

16/07/2016

Le projet EKINEZ démarre sur les chapeaux de roue

Avec l’organisation du premier forum du futur intitulé “Villes créatives”, ont été célébrées déjà trois rencontres depuis le debut d’année au sein du programme EKINEZ qui comprend cinq axes de recherche.

Sous la dénomination EKINEZ (2016-2018), ce programme rassemble cinq projets de recherche, définis au coeur des axes de réflexion d’Eusko Ikaskuntza et qui animeront l’institution jusqu’en 2018.

Au cours de la célébration du centenaire de notre institution en 2018, et dans le cadre du XVIIIe Congrès d’Eusko Ikaskuntza, on présentera une connaissance partagée et les débats qui émergent de Ekinez ou, ce qui revient au même, en travaillant avec la société basque.

Les célébrations de 2018 et le XVIIIe Congrès constituant l’un de nos principaux fils conducteurs, ces trois prochaines années constitueront une étape fondamentale pour la construction et la pro-activité d’Eusko Ikaskuntza.

Vous pouvez prendre connaissance des cinq sujets de réflexion intégrant Ekinez en visitant l’espace dédié de chacun d’entre eux:

Aujourd’hui, trois forums ont déjà eu lieu. Le premier d’entre eux, prenant part à l’axe “Cohésion et Solidarité: Livre blanc du (ou des) territoire(s) de Euskal Herria” a été présenté le 5 mars dernier.

Le second, relevant du projet “Développement socio-économique: modèles de société et entreprise basque” a eu lieu à Donostia le 12 mai.

Enfin, la première rencontre du futur du projet de recherche “La société que nous souhaitons, la société que nous aurons” a été célébré le 23 juin dernier au centre Carlos Santamaría à Donostia. Le thème choisi pour mener à bien cette réflexion était “Les villes créatives: acteurs, infrastructures et politiques”.

Parmi le public, des agents culturels, des créateurs, des entrepreneurs, artistes, enseignants chercheurs, étudiants et retraités, majoritairement de Donostia mais aussi originaires d’autres lieux de Euskal Herria.

En introduction au thème en débat, Javier Echeverría Ezponda et Javier Castro-Spila ont ouvert des pistes de réflexion afin de faciliter l’entrée en matière. Parmi ces questions, ils ont exposé les tendances et la législation internationale à propos des industries culturelles et des activités créatives, les particularités du cas de Euskal Herria, et ils ont émis des doutes et des questions à ce sujet.

Par la suite, les participants se sont répartis en deux groupes de travail animés respectivement par un modérateur qui a facilité le développement de la dynamique de réflexion. En l’occurrence, ce sont Iban Lizarralde et Javier Castro qui ont pris en main cette dynamique de Design Thinking. On a réalisé un enregistrement sonore de chaque table de travail et une vidéo de la session de synthèse finale afin de faciliter l’élaboration d’un compte-rendu final et une communication continue des résultats qui constitue l’un des objectifs de ce projet.

Durant la session du matin, les deux groupes ont travaillé sur la phase divergente de l’identification des acteurs et infrastructures, tandis que l’après-midi a été consacré à une phase convergente, c’est-à-dire à la définition de ce qu’il conviendrait de faire ou de quelles mesures il faudrait prendre afin d’arriver au futur souhaité et échaffaudé durant l’étape précédente.

La façon d’aborder les débats dans les deux groupes a été très différente, bien que complémentaire; la diversité des points de vue et la multidisciplinarité des agents ont influé de façon certaine sur le résultat des dynamiques.

En résumé, les idées majeures mises en valeur au cours de la session de synthèse ont été les suivantes:

VILLE CRÉATIVE BASQUE

  • On constate de manière générale la nécessité d’un modèle socio-économique durable.
  • Nécessité d’un nouvel objectif collectif. Il est urgent de mettre en place un Plan de développement.
  • Nouveau type de création résultant du Secteur Tertiaire: espace entre le public et le privé.
  • Développer la curiosité.
  • “Exploiter” le patrimoine.
  • Relation étroite des différentes disciplines scientifiques et des TIC avec la création.
  • La richesse culturelle comme moyen promoteur de la cohésion sociale.
  • Collaboration entre agents à trois niveaux :
    • Networking – información
    • Interacción organizada
    • Clusterización

CrÉaTION ORGANISÉE

  • Nécessité d’un nouveau lieu de reunión: où les centres créatifs pourraient collaborer en réseau.
  • Autres modalités d’interconnection avec d’autres entités.
  • Espaces de création de base. Création de nouveaux mécanismes afin de répondre d’une autre manière aux besoins de la société. En commun et en passant par la solidarité.
  • Les acteurs qu’il ne faut pas oublier:
    • Les enfants: la société que nous créons en pensant à eux sera bonne pour tous.
    • Les minorités. Elles méritent une attention particulière dans une dynamique innovante. Respect de la diversité.
  • Caractéristiques de la création organisée :
    • Espace d’expérimentation.
    • Capacité de cumuler la connaissance. Capacité de divulguer la connaissance.
    • Capacité de créer de nouvelles relations.
    • Flexibilité. La flexibilité qui devrait émaner aussi bien dans l’édifice ou l’espace physique.
  • Gestion:
    • Hors des services officiels: culture collaborative, “auzolana”.
    • En marge de l’administration.

MICRO-SCÉNARIOS​​

  • Scénario multiculturel.
  • Accompagner les agents locaux, les étrangers, les internationaux d’un micro-scénario culturel ou autre.
  • Foyer d’expérience.
  • Fenêtre de création.
  • Démocratisation du design.
  • Combinaison Acteurs, Ressources, Procédés.

E

2016.06.23 Etorkizun Foroak: Hiri Sortzaileak

La prochaine rencontre se tiendra à Baigorri le 23 septembre et traitera de la diaspora basque du futur. Davantage d’informations rapidement sur ce sujet et les suivants.

PATROCINADOR

Donostiako Udalaren logoa